La Marsellaise

La Marseillaise
29 October 2010

by Houda Benallal and Denis Bonneville

Ecartèlement Gnawa et Manifeste Bimbo

Danse. Une première session de « Question de danse » mardi et mercredi, pour deux quêtes identitaires.

… Cause collective, et désordre intérieur

  1. Avec I’d like to save the World, but I’m too busy to save myself (« Je voudrais sauver le monde mais je suis trop occupé à me sauver moi-même », en VF), composé de deux parties distinctes -manifestation pour une révolution et conséquences des limites de cette dernière-, Susana Panadès Diaz et Rudi van der Merwe interrogent l’idée de l’engagement. Politique ou pas, il s’agit ici de la quête d’identité de bimbos qui entendent investir la cause collective, et en arrivent au désordre intérieur. La scène s’allume sur les deux danseurs qui s’entremêlent, se confondent en un, à travers un combat nourri de principes philosophiques Tao. Avant de s’ouvrir sur une marche saccadée, celle de la foule, aliénation manifeste de ce qui échappe à l’individu.
  2. Né en Afrique du Sud, Rudi van der Merwe, qui vit en Suisse, pays dit « neutre » où le droit de manifester n’existe pas, déclare : « avoir vécu comme par procuration les manifestations auxquelles ils a assisté enfant au pays des zoulous sans pouvoir y participer ». Susana Panadès Diaz, espagnole d’origine, et désormais Suisse, précise quant à elle : « Je tiens à mes origines ».
  3. Métaphore de l’intégrité, limites d’un idéal basé sur l’apparence, ce diptyque détonnant, qui met le corps au cœur de la scène, a été très applaudi. Un encouragement pour le tandem, qui donnera le jour à cette pièce en mars 2011.